X
There is no widget. You should add your widgets into Fixed sidebar area on Appearance => Widgets of your dashboard.

L’artiste

Louis-Pierre Bougie > L’artiste
Louis-Pierre Bougie par Szilas

Crédit photo: Gabor Szilasi

Louis-Pierre Bougie est né à Trois-Rivières, Québec en 1946. Il possède une large expérience en gravure; il s’est spécialisé en taille douce et en eau forte à Paris, chez Lacourière et Frélaut où il a travaillé pendant plus de quinze ans. Il a fait de nombreux séjours de travail et d’étude en France, Portugal, Pologne, Irlande, Finlande et New York. Ses œuvres sont régulièrement exposées dans des galeries canadiennes, américaines et européennes. Plusieurs de ses œuvres font partie de grandes collections publiques et privées notamment au Québec et à New York.

Démarche artistique

Louis-Pierre Bougie produit depuis quelques années une œuvre gravée et peinte considérable, qui fait appel aux techniques traditionnelles du burin, de l’aquatinte, du chine encollé, etc. pour les mettre au service d’un travail en taille douce résolument moderne. Bougie appartient à la grande lignée des Goya, Blake et Rops, etc., et, tout à la fois, il a développé une technique originale du monotype, qui met à contribution les procédés de la gravure pour intégrer des dessins réalisés à partir de modèles vivants. On assiste alors à une inversion de la technique : le papier est déjà dessiné à la pierre noire et rehaussé à l’acrylique avant de recevoir l’image de la plaque : une planche de cuivre encrée, qui aura été tout simplement mordue au préalable par des badigeons d’acide (des crachis ou « spit-bites ») et quelques éraflures au grattoir. L’impression sert plutôt à saisir le tout dans une transparence surnaturelle : à donner de la lumière, c’est bien ce que l’on entend par enluminure. Ainsi, chez Bougie, la gravure devient un procédé qui permet d’ouvrir, et de sceller un espace, où le désir et l’imagination se déposent autrement dans la matière corporelle, où la lumière (par rehauts et enluminures successives) fait remonter autrement l’apparaître et nous redonne une part de nous-mêmes. Bougie se révèle ainsi très proche du poète et graveur William Blake qui disait :

« Tout comme en Poésie il n’y a rien de tel qu’une Lettre Insignifiante, en Peinture il n’y a rien de tel qu’un Grain de Sable ou un Brin d’Herbe Insignifiant — et ce qui est Flou ou Taché [Blur or Mark] l’est encore moins [1]. »

Michaël La Chance

[1]Vision of the Last Judgment, 1810, in Poetry and Prose of William Blake, éd. G.Keynes, The Nonesuch Press, 1927, p. 837.